Alexandre Texier

Signalisation routière multilingue

Vivant en Bretagne, je suis souvent confronté à des panneaux de signalisation routière bilingue français/breton. Cette pluralité me semble tout à fait justifiée puisqu’elle permet la mise en valeur de la particularité culturelle locale. D’un certain point de vue elle participe à la sauvegarde des langues régionales et locales françaises.

Signalisation bilingue à Quimper.
Signalisation bilingue à Quimper.

Hiérarchisation supposée des langues

Le fonctionnement de ce bilinguisme est simple : le français est placé en premier, au dessus, et le breton est placé ensuite, en dessous, dans une variante moins grasse et italique du caractère typographique, parfois le texte régional est dans un corps légèrement supérieur. Le fait de mettre en premier le français, puis la variante régionale en dessous est plutôt normal, la langue officielle de la France étant le français uniquement, il paraît logique que le français soit le premier élément affiché. On peut débattre de cet état de fait, mais ce n’est pas la question ici. Cependant, la mise en graisse plus légère, la mise en italique et l’éventuel changement de corps me semblent moins justifiées. La hiérarchie d’ordre français puis langue régionale se suffit à elle-même. L’italique, par convention typographique, est souvent utilisée pour insérer au sein d’un texte un passage (souvent quelques mots) en langue étrangère. Devons-nous considérer le breton (ou le corse, ou le basque) comme une langue étrangère, en France ? Ceci n’est guère satisfaisant puisque ces langues sont des héritages culturels de notre pays, elles n’y sont pas étrangères à proprement parler. On peut rétorquer que l’italique est aussi une marque typographique de l’emphase dans une texte, mettant dans le cas qui nous intéresse en avant la tradition langagière locale. Je peux l’admettre, mais dans ce cas, pourquoi, en plus de l’italique, mettre le texte en langue régionale dans un corps moins gras que le français ? Cela semble beaucoup pour différencier deux variantes d’une même information : en dessous et en italique et dans une graisse plus claire. Le français, langue officielle, apparait alors visuellement plus importante, en écrasant sa variante régionale, est-ce donc là le signe d’une volonté politique ? En tout cas, l’italique ne serait pas d’un usage réglementaire dans le cas qui nous préoccupe :

«Les caractères italiques de type L4 sont utilisés pour les inscriptions sur les panneaux C14 […] . Les caractères de type L4 sont également utilisés pour les inscriptions secondaires ou complémentaires sur les panneaux de type D et EB.»

Instruction interministérielle sur la signalisation routière du 22 octobre 1963, première partie (version du 16/04/2019), p. 29

Les panneaux de type D étant les panneaux de direction et les panneaux EB les panneaux d’entrée des communes. L4 est le nom du caractère typographique italique utilisé dans la signalisation routière française. D’après ce texte l’italique doit être utilisé uniquement pour des informations secondaires sur ces panneaux. Doit-on considérer un texte en langue régionale comme une information secondaire et non pas comme une information principale ? La notation bilingue occupe à priori un certain flou législatif et normatif : la langue française doit forcément être présente, et son installation est normée, mais rien ne s’oppose à l’ajout de versions en langues régionales, qui est tolérée voire encouragée, la jurisprudence allant en ce sens si l’on en croit cet arrêt de la Cour administrative de Marseille, datant de 2012.

Faciliter la lecture ?

On pourrait arguer que la nette séparation visuelle entre les éléments en langues différentes permet de faciliter la lecture, et de guider les personnes dans leur recherche d’informations, les artifices typographiques cités précédemment étant les outils de cette lisibilité. Seulement des pays qui utilisent une notation bilingue, il y en a beaucoup. Et dans de nombreux cas il n’est pas fait de distinction typographique entre les langues, mise à par la hiérarchisation de position. Dans l’état du Nouveau-Brunswik (Canada), les panneaux stop possèdent à la fois le texte en anglais «stop», et (en dessous) le texte en français «arrêt». Même chose en Belgique où la particularité des langues utilisées permet même des composition de texte en miroir avec le français en premier puis le néerlandais ensuite [image correspondante]. Il en va de même sur certains éléments de signalétique en Irlande du Nord, où l’anglais et l’irlandais se mêlent, avec toutefois l’irlandais en première position dans ce cas, ce qui n’a rien d’anodin politiquement.

Signalisation bilingue à Bruxelles.

Les canadiens, les belges et les anglais savent-ils mieux lire l’information que nous ? Probablement que non, notre œil parvient sans mal à balayer un texte et lire ce qu’il connait tout en ignorant celui qu’il ne peut déchiffrer. Il s’agit simplement d’une habitude de lecture qu’il est tout à fait aisée de prendre, ces deux exemples en étant un indice. Et puis cela permet, pour peut qu’on s’y intéresse, d’acquérir du vocabulaire de l’autre langue, ce qui me semble un atout. Certaines études s’intéressant à cette question donnent des résultats variés, avec tantôt aucun effet particulier du bilinguisme (ici), tantôt un réflexe de réduction de vitesse ou une diminution des performances de conduite dans le cas d’une forte densité d’informations à lire (ici ou ici). Difficile donc pour moi de donner une conclusion définitive, mais il semble que ce soit plutôt la densité des panneaux à lire qui pose problème, et finalement assez peu leur bilinguisme, la question reste donc ouverte.

Plusieurs langues et plusieurs alphabets

Là où le multilinguisme peut poser problème est quand il s’agit de mêler des langues utilisant des alphabets différents. Mélanger des textes en français et bretons qui utilisent l’alphabet latin n’est pas si compliqué, mais lorsqu’il s’agit de mêler l’abjad arabe, l’alphabet latin et l’abjad tifinagh (alphabet berbère) dans un même panneau, c’est une tâche bien moins aisée. Du fait de leur graphie différente, il est difficile, voire impossible, de rendre ces trois systèmes de manière cohérente et homogène visuellement.

Panneau trilingue dans la province de Tiznit, au Maroc.

Dans l’image si dessus le français paraît plus noir visuellement et compact ; par sa construction, l’arabe est particulièrement noir sur sa ligne de connexion horizontale ; le Tifinagh lui, étant plus aéré, parait plus clair malgré un encombrement vertical plus fort que l’arabe. Ces différences formelles délimitent à elles seules les trois langues et ne nécessitent donc pas d’outils typographiques supplémentaires, qui de toutes façon n’auraient pas lieux d’être puisque ces alphabets ne possèdent pas les mêmes outils : système bilacaméral du latin, styles de l’arabe, variantes italiques et obliques, etc. Le Maroc ou l’Algérie sont deux pays qui font des efforts dans le sens du multilinguisme inscrit dans la loi, formalisation de leur héritage culturel. Que dire également de la signalétique frontalière, ou de celle présente dans des hub internationaux, tels que des aéroports ou des gares ? À l’aéroport Charles de Gaulles, les langues sont dans le même corps, la même graisse, mais en blanc pour le français, et jaune pour l’anglais. Pour ceux voulant explorer l'aspect sociologique de la signalétique et les problèmes liés à la hiérarchisation de l'information, je conseille la lecture de Petite sociologie de la signalétique – Les coulisses des panneaux de métro, par les chercheurs Jérôme Denis & David Pontille.

Que penser de notre système français ?

Selon moi, et cet avis n’est pas celui d’un expert en signalétique, en typographie ou en histoire, la sur-différenciation adopté dans notre pays n’est pas tant une histoire de facilité de lecture qu’une volonté politique de voir la France comme un tout uniforme, avec une seule culture, une seule histoire, et donc, évidemment, une seule langue. Les arguments pour défendre cet état de fait me semble bien pauvres face à la réalité de notre nation, qui n’a jamais été un ensemble constant et homogène. La transposition en signalétique l’est encore moins puisqu’elle se base sur des artifices typographiques empilés en excès. Mais la législation française n’empêche pas non plus l’usage de langues régionales, en sus du français, c’est même, jusqu’à un certain point, encouragé. On peut néanmoins regretter l’absence d’une formalisation claire, inscrite dans la loi, des règles de présentation et de mise en forme de ces éléments qui permettraient de mettre la langue française et les langues régionales dans un rapport formel moins hiérarchique et plus complémentaire : si l’on peut écrire les noms de rues avec les mêmes règles typographiques pour le français et le breton, pourquoi ne pas en faire de même pour les panneaux de direction ? Les solutions graphiques et typographiques ne manquent pourtant pas.


  1. «Signalisation routière bilingue», Wikipédia source
  2. «Multilingual road signs are crucial for cultural inclusivity», Wilson Wen, the-peak.ca, 23 février 2015 source
  3. Numéro complémentaire du Journal Officiel de la République Française, 7 avril 1982, pp. 4-15 source (pdf)
  4. Instruction interministérielle sur la signalisation routière du 22 octobre 1963, première partie (version du 16/04/2019), p. 29 source (pdf)
  5. «Réglementation autour de la signalétique bilingue dans une commune», Benjamin Assié, CIRDOC - Institut occitan de cultura, occitanica.eu, 2015 source
  6. «Bilingual signs 'no danger'», BBC News, 5 Décembre 2000 (archive) source
  7. «Evaluating the effects of bilingual traffic signs on driver performance and safety», S. L. Jamson & al., Ergonomics, 15 Décembre 2005 source
  8. «Driving simulator study of the comparative effectiveness of monolingual and bilingual guide signs on Chinese highways», Yanqun Yang & al., Transportation Research Part F: Traffic Psychology and Behaviour, Volume 68, Janvier 2020, Pages 67-78 source
  9. «Styles Calligraphiques arabes», Wikipédia source
  10. «Les 4 meilleurs styles de calligraphie arabe», muslim-mine.com source
  11. «Tifinagh», Wikipédia source
  12. Petite sociologie de la signalétique – Les coulisses des panneaux de métro, Jérôme Denis & David Pontille, Presse des Mines, 2010.
  13. La totalité des images sont issues de wikimedia commons

Histoire universelle des chiffres, Georges Ifrah, 1981.

À propos de l’auteur

Georges Ifrah (1947-2019), fut tout d’abord professeur de mathématiques. Après qu’un de ses élèves lui demanda d’où venait les chiffres, il fut pris au dépourvu : il n’avait aucune idée d’où venait les chiffres. Il décida donc d’arrêter son travail pour se lancer corps et âme dans la recherche sur l’histoire des chiffres, afin de pouvoir répondre à toutes ces questions naïves mais néanmoins importantes. Il voyagea alors aux quatre coins du monde pour étudier les sources historiques et questionner les spécialistes du domaine. Le fruit de ce travail fut publié en 1981 par les éditions Seghers sous un titre qui donne le ton : Histoire universelle des chiffres – Lorsque les nombres racontent les hommes.

Un (immense) ouvrage

L’édition que je possède (l’édition originale publiée chez Seghers) est d’un format similaire à celui d’un dictionnaire : 175×242 mm pour 570 pages, en corps 10. Détail étonnant, le livre est étonnamment léger comparé à d’autres livres d’un gabarit similaire. Découvert auprès de vendeurs de livres d’occasion, ce livre, avec sa couverture brillante tri-chrome noir, argent et or, attire clairement l’œil.

La courverture de l’ouvrage en trichromie noir–or–argent
La courverture de l’ouvrage en trichromie noir–or–argent

Respectant scrupuleusement son titre, l’ouvrage revient, semble-t-il, de manière exhaustive sur l’histoire de chiffres et de la numération, de l’invention du concept même de numération jusqu’à l’aboutissement de la numérotation actuelle basée sur les chiffres indo-arabe (les chiffres «arabes» nous ont effectivement été transmis par les arabes, mais ils les ont hérités des indiens). On apprend entre autres quel est le point commun entre des tas de petits cailloux, le dénombrement, les caillots sanguins ou encore pourquoi nous comptons le temps en base 60, faisons des maths en base 10 mais en gardant, du moins en France, «quatre-vingts» pour 80, et pas «octante», pourtant plus en accord avec le système. L’ouvrage fait évidemment le tour de l’ensemble des systèmes de dénombrement ainsi que les systèmes d’écriture associés : toutes les cultures – actuelles ou disparues – y passent et c’est extrêmement enrichissant de découvrir des cultures par ce biais.
Jusqu’au-boutiste, Ifrah a lui-même réalisé l’ensemble des schémas et illustrations présents dans l’ouvrage, d’après des modèles existant ou pour mettre en image son propos. Un énorme travail, puisque l’on trouve des schémas, documents iconographiques, ou tableaux de données toutes les deux pages au minimum.

pp.38-39 : dénombrer avec ses mains.
pp.38-39 : dénombrer avec ses mains.
pp.132-133 : utilisation du boulier en Chine.
pp.132-133 : utilisation du boulier en Chine.
pp.266-267 : reproduction d’une stèle gravée et une page de titre
pp.266-267 : reproduction d’une stèle gravée et une page de titre

Avec ses 600 pages, à peu de choses près, cet ouvrage est tout bonnement impressionnant tant il foisonne de connaissances sur les chiffres au sens large. Au point qu’honnêtement il est difficile d’en arriver au bout tant le livre devient parfois une liste de références mises bout à bout. On ne peut clairement pas critiquer Georges Ifrah, réellement passionné (probablement de manière compulsive) au point de tout écrire et décrire dans cet ouvrage. En vérité, l’ouvrage est tellement dense qu’il est difficile de pouvoir assimiler son contenu, pourtant extrêmement éclairant sur l’évolution des cultures humaines et de leurs développements. Un conseil donc : il vaut mieux lire cet ouvrage par petits morceaux sous peine de surchauffer, ce qui fut mon cas.
Malgré cette difficulté d’accès, le succès fut au rendez-vous pour cet auteur puisque que son ouvrage a été plusieurs fois ré-édité et traduit dans de nombreuses langues. Avide de savoir, Ifrah va alors écrire un second volume, sorti en 1994, orienté sur l’essor de l’informatique et son utilisation des chiffres. Son travail aurait été utilisé par une génération de professeurs voulant parfaire leurs connaissances et les transmettre à leurs élèves. Le travail d’Ifrah a également été cité dans l’article «100 or so Books that chape a Century of Science», paru dans la revue American Scientist en 1999.

La communauté scientifique en émoi

Tout ceci est cependant trop beau pour être vrai. Bien qu’il est indéniable que l’intérêt d’Ifrah pour la question des chiffres est sincère, et que le succès public fut au rendez-vous, de nombreuses critiques se sont élevées contre son travail : des experts français ont pointés les nombreuses approximations de l’ouvrage, les erreurs de datation, voire des allégations fantasques basées sur aucune données scientifiques, quand celles-ci ne sont pas purement et simplement ignorées ou déformées par l’auteur, même s’il est difficile de dire s’ils s’agit d’oublis de bonne fois ou d’écartements conscients. Malgré ces critiques nombreuses, il semblerait qu’Ifrah n’ai jamais corrigé son ouvrage, alors même que les ré-éditions successives aurait pu le permettre. Joseph Dauben, historien des sciences, a rédigé deux articles (en anglais) publié dans le magazine de la Société américaine de mathématiques compilant les principales critiques émises à l’encontre des deux volumes d’Histoire universelle des chiffres et de son auteur.

Qu’en dire alors ? Si le sujet des signes vous intéresse tout comme moi, et plus particulièrement celui des chiffres et de leur histoire, il est probable que vous ayez envie de vous procurer cet ouvrage, somme toute fort enrichissant. Tout n’est pas à jeter dans cet ouvrage, mais restez conscient qu’être une personne passionnée ne fait pas de vous un expert scientifique (dans le sens de la méthodologie scientifique) de votre sujet de prédilection, et Georges Ifrah, malgré toute sa bonne volonté, en est un exemple malheureusement criant, qui n’as pas su accepter les critiques et améliorer son travail.


  1. Georges Ifrah, Histoire universelle des chiffres – Lorsque les nombres racontent les hommes, Éditions Seghers, Paris, 1981.
  2. « Georges Ifrah », wikipedia.org source
  3. « The 100 or so Books that shaped a Century of Science », Philip and Phylis Morrison, American Scientist Volume 87, No. 6, November-December 1999. source
  4. Bulletin de l’Association des professeurs de mathématiques et de l’enseignement publique, n°398, Avril-Mai 1995. source
  5. Joseph Dauben, « Book Review: The Universal History of Numbers and The Universal History of Computing (part 1) », Notices of the AMS, vol. 49, no 1,‎ janvier 2002, p. 32-38 source  (pdf)
  6. Joseph Dauben, « Book Review: The Universal History of Numbers and The Universal History of Computing (part 2) », Notices of the AMS, vol. 49, no 2,‎ février 2002, p. 211-216 source (pdf)